Accueil du site > Le catalogue > Histoire du Gâtinais > Les sangliers sortent du bois
Les sangliers sortent du bois

Une histoire du maquis de Lorris

Ajouter Les sangliers sortent du bois au panier

21 x 29,7 cm, album relié

136 pages couleur

Parution : juin 2011

 

prix : 25.00 €
Ce roman illustré imaginé par les élèves du Club Résistance 2006/2007 du collège Geneviève de Gaulle-Anthonioz des Bordes, sous la conduite et la plume de leur professeur d’Histoire Benoît Momboisse, met en scène un personnage fictif évoluant entre 1940 et 1945 dans le maquis des résistants de la région de Lorris (45), d’après le récit des anciens du maquis et les rapports de mission de l’époque.
Il est préfacé par Albin Chalandon, ancien fondateur et chef du maquis de Lorris, par la suite plusieurs fois ministre.
David Kaliméris est l’auteur des illustrations.

Jean vit avec ses parents aux Bordes, petit village au cœur de son Loiret natal. Sa vie, c’est l’épicerie familiale, ses amis Adrienne et Frédéric, la forêt toute proche. Il a à peine 17 ans quand il voit son petit quotidien brutalement bouleversé par le bruit des bottes et une armée d’uniformes vert-de-gris qui envahit son pays. On est en juin 1940, la guerre est déjà perdue. Alors qu’une immense majorité de Français, entre abattement et résignation, courbe l’échine devant l’occupant, et s’abandonne corps et âme aux bons soins du maréchal Pétain, une petite minorité s’élève dans le noir, et ose dire non.
Très vite se posera la question du choix pour Jean : se résigner… ou refuser. Plier… ou résister. Débute alors pour lui une aventure hors du commun, où courage et révolte le mèneront à des actions dont il ne se serait jamais cru capable. Car Jean n’est pas seul. C’est au cœur de sa forêt, à deux pas de chez lui, que les résistants du maquis de Lorris s’organisent. Les sangliers se tiennent tapis dans l’ombre, prêts à en découdre, les Allemands n’ont qu’à bien se tenir ! Un seul objectif : libérer la France !
Une expérience humaine extraordinaire donnait au pays l’exemple d’une action consensuelle dans le courage et parfois l’héroïsme. Elle portait en elle-même les traits d’une citoyenneté idéale, reposant sur la liberté, l’égalité, vécues et cette fraternité, que tout maquisard l’ayant éprouvée ne peut que l’espérer toute sa vie.
Albin chalandon (Préface)