Accueil du site > Le catalogue > Monographies > Un parler gâtinais
Un parler gâtinais

Des mots de la vie et la vie des mots en Gâtinais pauvre au XXe siècle

Ajouter Un parler gtinais au panier

15 x 21 cm, relié plein papier, sous jaquette

406 pages

 

Nouvelle édition, revue et augmentée

 

prix : 28.00 €

Plus de quarante ans d’écoute : environ 4500 entrées. Des mots, des faits de langage agrémentant la parlure populaire d’un monde agreste éteint. Un patrimoine en danger de disparition prochaine.
Un vocabulaire certes, comparé à celui des régions voisines, mais aussi bien d’autres composantes d’un parler savoureux et correct non dépourvu d’humour malicieux ni de philosophie. Un peu rude parfois comme la vie qui allait avec, esquissée au détour d’articles évoquant les travaux, les coutumes, les légendes.

“L’accent du pays où l’on est né demeure dans l’esprit et dans le cœur, comme dans le langage.”
La Rochefoucauld.


Il reste peu du parler de nos ancêtres, qui est tout sauf du “mauvais français” comme on a voulu et réussi à nous le faire accroire. Voici ce qui a pu être relevé de ce patrimoine, jour après jour, au gré des circonstances, dans le Gâtinais oriental, par une personne un peu entêtée.
Vocabulaire, locutions, faits de langage, classés, autant que faire se pouvait, dans l’ordre chronologique d’un effacement imparable. En comparaison avec le français courant mais aussi avec les parlers populaires voisins.
En arrière plan, l’esquisse d’un mode de vie si proche et déjà si lointain. Avec un respect constant, même si le ton n’est pas délibérément compassé.

Michel Métais, l’auteur d’un remarquable dictionnaire de ce langage en voie d’extinction... On ne dira jamais trop l’intérêt que représentent ces parlers régionaux pour la connaissance de la langue française.
Claude Duneton, Le Figaro

Cet ouvrage recèle des trésors de poésie : “Enguilbauder” n’est-ce pas plus élégant que le vulgaire “draguer” ? Quoi de plus imagé que “manger des créquouis à la sauce cailloux” ? c’est ne rien avoir à se mettre sous la dent, ou “les chiens ont liché la boue” pour signifier : “il a gelé ferme !”
Daniel Plaisance, L’Éclaireur du Gâtinais